J’arrive d’une semaine de formation en management de la créativité nommé Mosaic. Elle se donnait à Lille, en France, en partenariat avec le HEC de Montréal, l’Université catholique de Lille et Hémisph4ire, une design school. Pendant 3 jours, nous avons assisté à des ateliers qui nous ont amené à sortir de notre zone de confort : activités d’improvisation, de bouffon, d’écoute de notre environnement qui misent sur l’idée de laisser toute la place et la pression sur le collectif. J’y étais avec 2 collaborateurs avec qui je travaille à la Web Shop depuis plus de 5 ans. Nous nous sommes surpris de voir à quel point nous avions du plaisir et que malgré les journées intenses et chargées, la fatigue ne nous gagnait pas. Le travail collaboratif, c’est une énergie puissante. Au lieu de remettre la pression sur une seule personne, c’est le groupe qui l’utilise pour propulser des idées et les réaliser. En peu de temps. Très peu de temps.

Quand j’ai décidé de lancer la Web Shop en 2010, j’avais envie de sortir des sentiers battus. J’avais envie d’offrir à la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean une agence Web avec une ambiance décontractée, inspirée des Boardshops de mon enfance. J’avais envie d’offrir une agence Web qui serait continuellement à l’avant-garde des nouvelles tendances et des technologies. Une agence Web qui défierait constamment les limites et qui oserait foncer, aller où les autres ne vont pas. En fait, je voulais créer mon emploi de rêve. Un endroit où je me sentirais libre d’être moi-même, un endroit où ma créativité n’aurait pas de frontières. Un endroit pour échanger, apprendre, tomber et se relever tout en gardant le sourire.

La beauté dans tout ça? Des centaines de personnes au fil des années sont venues m’accompagner dans l’aventure en m’apportant leurs CVs et leur histoire. Des milliers de clients sont entrés en contact avec moi pour tripper le temps d’un ou de plusieurs projets. Des médias se sont intéressés en m’offrant leur auditoire ou encore parlant en mon nom. Des écoles m’ont invités à raconter notre genèse et des organismes ont cru que je pourrais les accompagner à aider plus de gens.

Ce titre de propriétaire d’entreprise m’a ouvert plusieurs portes. Il m’a permis d’agrandir mon réseau, mes connaissances, mes implications. Il m’a permis d’apprendre sur le monde et me connecter à celui-ci. La Web Shop c’est maintenant 25 employés, 2 bureaux des milliers de projets en ligne. Nous avons des clients partout dans le monde. Des partenariats avec des boîtes de renom et des collaborations avec des experts passionnés et compétents.

Beaucoup de succès et beaucoup de plaisirs. Par contre, il faut savoir revenir à l’essentiel.

Vous connaissez sûrement les legos. (On y a tous joué lorsqu’on était jeune). Il nous arrive d’y rejouer aujourd’hui, avec nos enfants, petits enfants ou encore parce que nous sommes demeurés enfants. La beauté de ce jeu, c’est son message puissant. Les ateliers de legos à Mosaic nous ont souligné l’importance du groupe : nous construisions des structures impressionnantes en très peu de temps. Nous avons aussi constaté le contraire, soit lorsqu’on devait les créer tout seul.

Quand tu essaies de construire en lego, une construction qui dépasse ta conceptualisation à court terme, il est possible que tu perdes le focus quelques fois. Si tu le perds trop souvent, tu vas simplement arrêter de jouer aux legos et tu vas retourner travailler camouflé derrière ton ego.

Comme un auteur que j’affectionne disait, l’ego c’est bien quand il sert la cause, mais ce l’est moins quand la cause sert l’ego. Demandez à Napoléon ce qu’il en pense.

J’aime jouer dans la vie et j’aime le faire en compagnie des autres. Par contre, depuis que je suis tout petit, je veux contribuer à changer le monde. Parce que j’y vois des gens qui souffrent. J’y vois l’isolement. J’y vois la solitude. J’y vois les inégalités et les injustices. Mais au final, c’est quoi voir si je ne les ressens pas?

La semaine dernière, j’ai participé à un atelier nous permettant de mieux comprendre ce que les personnes non voyantes peuvent vivre. Ça te reconnecte sur un moyen temps. Je possède un livre intitulé Il faut le croire pour le voir. Il a pris tout son sens. Je vois souvent, mais je ressens rarement mon environnement.

Donc, jeudi soir, après tous ses merveilleux ateliers à l’autre bout du monde et suite à une discussion avec mes collègues sur le désir de la Web Shop d’être une entreprise libérée et autorégulée où l’écosystème stimule la responsabilité, la créativité et l’innovation au quotidien grâce à un environnement sécuritaire et où les humains se font confiance, j’ai compris que je n’y arriverais jamais dans le cadre actuel. Ce beau rêve resterait une vision et surtout deviendrait un échec lourd à porter qui m’enlèverait tout plaisir et m’éloignerait de mon ambition d’enfant. Oui, parce qu’il faut que le concept soit transcendant, accepté de tous et créé par tous les collaborateurs. Même les clients et les partenaires doivent participer à sa création et suivre sa transformation. Sinon, le plan échouera et le tout  ne restera que la vision dictatrice d’un seul homme.

En annonçant la vente de mon entreprise sur Facebook, je lâchais prise sur la méthode traditionnelle de réaliser ma vision. Je lui donnais moins d’importance et j’invitais mes proches à venir co-créer avec moi une vision dont j’ignorais encore la 2e étape. Je m’ouvrais au champ des possibles et je redevenais libre de me connecter à ce qui compte vraiment pour moi.

Quelques jours ont passé et je suis passé par toutes les émotions. J’ai reçu des messages de peurs, de colères, d’encouragements, d’incompréhensions, des opportunités se sont levées et d’autres se sont fermées. Par contre, je peux dire qu’on se sent bien de l’autre côté de la peur et du lâcher prise. On se sent libre de créer ce qu’on veut.

Évidemment, mon objectif est de ne laisser tomber personne et j’ai réconforté ceux qui en avaient davantage besoin, mais aujourd’hui je lance un message dont je souhaite, pourra traverser les océans. Le numérique fait naître de nouveaux modèles. Le blockchain, la cryptomonnaie, les Hub créatifs, les espaces de coworking, l’économie de partage font grandir l’économie du savoir. Les agences Web doivent emboîter le pas et être de vraies agences numériques en se regroupant entres-elles. Ensemble, nous pourrions offrir de meilleures solutions aux citoyens et aux PME. Ensemble, nous pourrions réellement accompagner  les gouvernements dans leur transformation numérique. Ensemble, nous pourrions accompagner plus d’écoles à modifier leur modèle d’enseignement et à mieux préparer les citoyens de demain. Ensemble, nous pourrions développer des outils plus adaptés à la réalité des entreprises locales. Ensemble, nous pourrions créer des espaces de travail où les collaborateurs seraient autonomes et où ils pourraient développer leurs compétences, tout en s’amusant. Ensemble, nous serions plus intelligents, plus connectés et surtout, plus libres.

Je suis maintenant convaincu que l’intelligence collective est un puissant moteur. Je ne connais pas toutes les étapes qui vont suivre, mais j’ai confiance que des gens aux visions et aux valeurs similaires aux miennes se rassembleront et qu’ensemble, nous contribuerons à changer le monde.

Pour mes enfants, Justin et Clara, et pour l’avenir.

 

Autres articles

Plateformes gratuites de photos libres de droit : pourquoi pas!

Utiliser le même contenu sur plusieurs plateformes sociales : ingénieux ou paresseux?

Assistant(e) en communication-marketing